IM Austria 2017 2 juillet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

IM Austria 2017 2 juillet

Message  Olivier R le Sam 1 Juil - 8:29

Une pensée pour les forcats du Triathlon qui prennent le départ de l'IM de Klagenfurt demain.
Lucas , Yves, Laurent, Cyril, Hervé, j.oublie qq un?
Force et honneur les gars, on vous suis
avatar
Olivier R

Messages : 377
Date d'inscription : 31/10/2009
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IM Austria 2017 2 juillet

Message  Lucas le Sam 1 Juil - 15:02

Bonjour!
Merci Olivier, c'est bien ça, on est 5.
Tout est prêt désormais, vélos et sacs déposés.

À demain

Lucas

Messages : 83
Date d'inscription : 31/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IM Austria 2017 2 juillet

Message  jéromeM le Sam 1 Juil - 20:30

BONNE COURSES LES POTES



On serra avec vous a distance Wink
http://m.eu.ironman.com/triathlon/coverage/athlete-tracker.aspx?race=austria&year=2017

avatar
jéromeM

Messages : 1319
Date d'inscription : 04/11/2009
Age : 45
Localisation : saint Leu

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IM Austria 2017 2 juillet

Message  Lucas le Sam 1 Juil - 21:50

Voici nos numéros de dossard:
Cyrille: 1716
Lucas: 1837
Laurent: 2246
Hervé: 2288
Yves: 2472

Lucas

Lucas

Messages : 83
Date d'inscription : 31/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IM Austria 2017 2 juillet

Message  jéromeM le Dim 2 Juil - 16:56

Les 5 ont posé le vélo.
Y'a plus qu'à courir maintenant Wink facile à dire...
Bon courage pour le marathon
avatar
jéromeM

Messages : 1319
Date d'inscription : 04/11/2009
Age : 45
Localisation : saint Leu

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IM Austria 2017 2 juillet

Message  jéromeM le Dim 2 Juil - 19:54

hervé : 11h30 : 1h14 + 6h01 + 4h01
Lucas : 11h46 : 1h24 + 5h59 + 4h10
Yves : 11h49 : 1h14 + 5h56 + 4h26
Laurent : 12h24 : 1h10 + 6h05 + 4h55
Cyrille : 13h14 : 1h28 + 6h01 + 5h27

reçu 5/5 cheers cheers cheers


Dernière édition par jéromeM le Lun 3 Juil - 7:31, édité 1 fois
avatar
jéromeM

Messages : 1319
Date d'inscription : 04/11/2009
Age : 45
Localisation : saint Leu

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IM Austria 2017 2 juillet

Message  Olivier R le Dim 2 Juil - 20:44

A priori Cyril a fini aussi!
Chapeau les gars.
Quelque soit le temps c'est toujours une épreuve de dingue après de longs mois de prépa.
Finir c'est triompher.

Profitez bien du post course et de votre été.
On attend vos retours
avatar
Olivier R

Messages : 377
Date d'inscription : 31/10/2009
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IM Austria 2017 2 juillet

Message  Lucas le Dim 2 Juil - 21:07

Merci les gars, ce fut dur, mais ce fut bon

Lucas

Messages : 83
Date d'inscription : 31/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IM Austria 2017 2 juillet

Message  Lucas le Dim 2 Juil - 21:11

Mon message a été coupé à cause des smileys...

Je disais que l'on avait tous assurés: tous finishers, avec des bons temps à la clé (au moins 3 records perso: Hervé, Yves et moi).

Maintenant repos et retour dès demain.

Je ferai un CR d'ici quelques temps.

Lucas

Lucas

Messages : 83
Date d'inscription : 31/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IM Austria 2017 2 juillet

Message  Laurent R le Lun 3 Juil - 14:07

Bravo les gars ...!!! de super temps pour une belle épreuve. On a suivi de loin ... et bravo pour avoir tombé les records perso ...
J'ai hâte de lire les CR car KLAG est sur la liste des futurs favoris de l'année prochaine.
Bonne récup, bonne binouze et bonnes vacances ... Very Happy
avatar
Laurent R

Messages : 187
Date d'inscription : 05/12/2011
Age : 48
Localisation : Andilly

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IM Austria 2017 2 juillet

Message  Yves le Mar 4 Juil - 14:12

Merci les amis pour le soutien à distance. Belle course, jolis paysages, météo parfaite, parcours rapide, tous les ingrédients pour assouvir mon rêve de sub 12... Rêve assouvi !!! Content.

Yves

Messages : 41
Date d'inscription : 30/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IM Austria 2017 2 juillet

Message  Lucas le Ven 7 Juil - 15:06

Voici mon CR:

Après l'ironman de Francfort il y a 2 ans, où j'avais finalement pris beaucoup de plaisir malgré la canicule et les douleurs et crampes sur le marathon, j'étais resté sur un goût d'inachevé car je sentais qu'avec des conditions plus clémentes, j'aurais peut-être pu atteindre mon objectif horaire. Il y a 1 an, plusieurs membres de mon club de triathlon, le VMT, me proposent de m'inscrire à l'ironman de Klagenfurt, en Autriche. Connaissant déjà le lieu pour y être allé pour le travail, j'aimais beaucoup le cadre (lac magnifique, cadre montagneux et course à pied le long d'un canal) et donc même si le vélo semblait plus difficile (plus de dénivelé qu'à Francfort), cela restait raisonnable et correspondait aux types de course qui m'intéressent (ni plat, ni haute montagne). Je me suis donc inscrit début juillet 2016 après une année où j'ai effectué quelques courses (run & bike, half ironman et Xterra) mais avec beaucoup moins d'entraînements que pour Francfort.

Je reprends l'entraînement en septembre après la coupure estivale, en étant régulier aux entraînements: les 3 disciplines chaque semaine et de 5 à 8h par semaine entre septembre et début janvier. J'ai également décidé d'aller régulièrement au travail en vélo (10km*2), ce qui, finalement, prend en moyenne moins de temps qu'en voiture ;-)

Mon plan d'entraînement spécifique commence le 23 janvier et comporte donc 23 semaines jusqu'à la course le 2 juillet! Je sens que les sensations sont bonnes et que je suis sur les bons rails. Les semaines d'entraînement s'enchaînent et les progrès sont là. Je me fais quand même un lumbago fin mars, mais j'arrive à reprendre l'entraînement après quelques jours. Les gros volumes (entre 12 et 18h par semaine environ) arrivent d'avril à juin et la lassitude commence à me gagner fin mai. Heureusement, je vois poindre les 2 dernières semaines où le rythme diminue drastiquement. Je suis en forme, je bats mon record sur half ironman (5h25) mi mai et vers mi juin, mes temps natation en piscine n'ont jamais été aussi bons, alors que ce ne sont que des séances d'entraînement, à vélo, j'arrive à suivre certains gros rouleurs de mon club et à pied, je bats mon record sur 10km lors d'un entraînement en forêt sans m'en rendre compte (c'est en m'arrêtant que je m'aperçois que j'ai couru les 10 derniers kilomètres en moins de 45 minutes sur un parcours avec du dénivelé en plus). 15 jours avant la course, j'attrape une bronchite que me fait beaucoup tousser et m'empêche de dormir pendant quelques jours... 10 jours avant la course, les ennuis s'accumulent car je me fais une contracture au mollet gauche lors de l'avant dernier entraînement course à pied; je coupe donc totalement l'entraînement pendant quelques jours et je fais juste un petit entraînement dans chaque discipline quelques jours avant la course pour me rassurer (la douleur semble s'être bien estompée).

Le départ pour Klagenfurt est donné le jeudi matin (levé 4h30...) et nous sommes 8 (5 inscrits: Cyrille, Hervé, Laurent, Yves et moi et la femme et 2 des enfants d'Yves). Nous partons à 3 voitures afin de pouvoir transporter les vélos. Nous faisons une halte le jeudi soir à Salzbourg (ville de Mozart au nord de l'Autriche) et nous repartons vers le sud le vendredi matin pour arriver à Klagenfurt le vendredi midi. Après nous être installés dans nos appartements, nous allons nous enregistrer et retirer dossards et sacs dans l'après-midi et nous en profitons pour faire un peu de shopping dans le village expo. Nous nous rendons à la pasta party le vendredi soir vers 19h30, mais celle-ci a commencé à 18h (que c'est tôt!) et se terminera vers 20h; heureusement nous réussissons à nous restaurer quand même. Après une nuit très agitée où j'ai un début de gastro (désolé...), je me rends au briefing le samedi matin. Rien de particulier à signaler, l'ambiance y est sympa. Le samedi en début d'après-midi, nous allons déposé nos vélos au triparc, là encore, tout se passe bien et rapidement. Je profite du reste de l'après-midi pour me reposer un peu après ma courte nuit. Le samedi soir, on mange tous ensemble et la femme et la fille d'Yves sont bien malades! La nuit du samedi au dimanche est bien sûr courte (difficile de s'endormir et lever vers 4h15), mais les voyants semblent être aux verts (mon ventre va mieux et pas de douleurs notables ailleurs). On se retrouve au triparc pour vérifier les vélos et les sacs de transition, tout est ok. On se dirige ensuite à pied vers le départ natation (à 1km environ) où la pression commence à monter. Un petit tour aux urinoirs avant d'enfiler la combinaison natation, qui est autorisée, ouf!!!!, et direction les sas de départ. Cette année, le départ natation des amateurs se fait en mode rolling start (8 athlètes partent toutes les 5 secondes) en fonction du temps que l'on pense mettre en natation. Je suis dans la vague 1h20-1h30 avec Cyrille; et Hervé, Laurent et Yves sont quant à eux dans la vague 1h10-1h15 et partent donc environ 5 minutes avant nous.

C'est l'heure pour moi, départ sur la plage et entrée dans l'eau tranquille où je marche quelques mètres avant de m'allonger dans l'eau et de commencer à nager. Il y a un peu de monde autour de moi, mais c'est raisonnable. Le parcours natation, de 3,8km, consiste en une ligne droite de 1250m puis virage à gauche pour 450m et de nouveau virage à gauche pour revenir vers le rivage sur 1100m et enfin 1000m dans un canal. Le début de la natation est vraiment très agréable, l'eau est relativement chaude, translucide et pas mauvaise (quand je bois la tasse, cela arrive forcément quelques fois sur cette distance) et j'avance bien (je me fais doubler mais je double aussi des concurrents partis avant moi, c'est si rare d'habitude ;-) ). Premier virage à gauche après 1250m environ et cela devient plus difficile car il y a tout à coup beaucoup de monde autour de moi et je me prends pas mal de coups. C'est là que survient un évènement qui peut paraître anodin mais qui a en fait une grande importance, je reçois un grand coup sur mon poignée gauche et je perds ma montre dans le lac! Impossible de la rattraper bien sûr et je me relève, regarde les 5-6 personnes autour de moi et crie un grand coup en lâchant une insulte mais ils s'en moquent royalement et continuent leurs chemins. Je commence à cogiter en reprenant la nage et je dois me faire à l'idée que je vais devoir faire tout l'ironman aux sensations car je n'ai même pas de compteur sur mon vélo, je n'utilise que ma montre GPS habituellement. Second virage à gauche et le soleil est de face lorsqu'il apparaît à travers les nuages, c'est donc beaucoup plus difficile de se repérer et la fatigue commence à se faire sentir. Les vaguelettes se font un peu plus grosses et on sent bien les inclinaisons du corps désormais avec le clapotis. En plus, je commence à ne plus nager très droit et suis obligé de changer un peu de direction à 3 ou 4 reprises afin de bien laisser les bouées à gauche. Je ne suis pas le seul car je me prends un nageur qui vient de ma gauche et qui ne nage pas du tout droit, je me relève et lui aussi et il me fusille du regard, je lui montre la bouée qui est 50m devant moi et sur sa gauche et j'en profite pour nettoyer un peu mes lunettes pour le laisser partir et ne pas avoir à nager près de lui. Lors de l'entrée dans le canal, il y a plus de nageurs autour de moi avec le rétrécissement, je décide donc de nager sur la droite, le long de la berge. J'avance bien à nouveau et je dois juste éviter les racines des arbres qui me surprennent à quelques reprises. Les spectateurs sont encore présents le long du canal et nous encouragent, cela fait du bien. Une dame, qui semble encourager quelqu'un qui doit être 2 ou 3 mètres devant moi et sur ma gauche, me sert de repère sur la presque totalité du canal. La fin de la natation est un peu plus mouvementée car certains accélèrent et veulent doubler, je finis donc par me décaler plus vers la gauche du canal et conserve mon rythme. Dernier virage à droite et direction la plage de l'hôtel Seepark pour la sortie. Merci aux bénévoles qui nous aident à monter la petite butte, le passage coucher-debout se passe du coup très bien.

Je me sens bien, un peu fatigué bien sûr, mais bien mieux qu'à Francfort au même moment. Je cours sur la moquette pour rejoindre l'aire de transition en enlevant le haut de la combinaison comme d'habitude. Le triparc est loin, au moins 300m a priori, mais cela passe bien. Je regrette juste de ne pas avoir ma montre et me dis que j'ai dû mettre un peu moins d'1h30 à la vue des sensations (j'ai mis 1h24 en fait). J'entre dans le triparc et récupère mon sac pour la transition vélo. Je rentre dans la tente, finis d'enlever ma combinaison (pas de crampes, tout va bien) et mets mes habits vélo (cuissard et haut) au dessus de ma trifonction comme à Francfort. Cela me permet d'emmener de la nourriture dans mes poches et de ne pas trop ressentir de douleurs au niveau de la selle. Je récupère mon vélo et file vers la sortie opposée du triparc.

Le parcours vélo, de 180,2km, est composé d'un petit-aller retour de 5km puis de 2 boucles de 88km environ avec 1700m de dénivelé positif en tout. Le début du vélo est assez plat, à la périphérie de Klagenfurt puis autour du lac. Je double beaucoup, comme d'habitude et les sensations sont bonnes mais pas excellentes (un arbitre me suit sur plusieurs kilomètres en moto pour vérifier que ceux que je double n'en profitent pas pour prendre ma roue car c'est interdit de s'abriter derrière quelqu'un). Je me fais aussi doubler par quelques "machines" sur les parties très roulantes. Il y a une indication kilométrique tous les 10km sur le parcours vélo, cela me permet au moins de savoir où j'en suis, et comme j'ai mis sur mon vélo le petit autocollant fourni par l'organisation indiquant les différents ravitaillements, j'ai au moins quelques repères à ce niveau là. Les premières bosses arrivent et comme à chaque fois et sur toute la partie vélo, je double énormément de monde à chaque montée. C'est étrange mais le moral n'est pas bon, je m'ennuie un peu et je ne prends pas beaucoup de plaisir sur cette première boucle vélo, j'ai l'impression de ne pas aller très vite (même si globalement, je double beaucoup) et je trouve le parcours trop roulant. Je me retrouve très souvent en position aérodynamique (heureusement que j'ai mon nouveau cintre et les prolongateurs qui vont avec, cela me sera très utile et m'évitera les grosses douleurs lombaires que j'avais auparavant) et les routes sont très (trop) larges. Le revêtement est bon (à part à quelques petits endroits, mais rien de très gênant). Les spectateurs sont présents, mais je trouve qu'il y a moins d'ambiance qu'à Francfort, notamment dans certaines montées, où on nous avait annoncé une ambiance "Tour de France" et ce n'est pas le cas. Je ne prends rien lors des premiers ravitaillements et ensuite je commence à prendre un bidon d'eau pour m'arroser les cuisses et les mollets, on ne sait jamais (il vaut mieux prévenir que guérir). La météo est clémente, et même un peu fraîche par moment sur cette première boucle. En revanche, j'ai ma toux qui me reprend régulièrement sur le début du vélo et c'est assez gênant (elle disparaîtra heureusement lors de la 2nde boucle). Je passe bien toutes les difficultés du parcours, dont la principale, assez longue (plusieurs kilomètres quand même) qui est notamment composée de 3 montées bien raides où je passe en 34/23, en laissant une dent derrière pour le moral ;-) La fin de la boucle est de nouveau très roulante et en grande partie en descente. Je ne connais pas mon temps mais je l'estime à moins de 3h sur cette première boucle (ce sera bien le cas). Le moral n'est toujours pas bon, mais je me dis que, de toute façon, je finis le vélo et on verra après. Je décide d'appuyer un peu moins sur les parties roulantes et descendantes pour ne pas trop souffrir ensuite sur la course à pied et j'alterne plus souvent de position sur le vélo afin de ne pas me bloquer le dos. Je double toujours autant dans les montées, mais je me fais davantage doubler qu'au premier tour sur les parties planes et dans les descentes. Au 2ème ravitaillement de la 2ème boucle, il n'y a plus que de la boisson isotonique powerbar (pas d'eau, ni de coca!), j'en prends donc un bidon que je n'arriverai pas à boire, ne serait-ce qu'une gorgée (je n'aime vraiment pas!), heureusement je pourrai prendre de l'eau et du coca à tous les autres ravitaillements. Concernant la nourriture, je mange quand j'en ressens le besoin et moins que d'habitude finalement. En tout, je mangerai 3 compotes, 1 barre de céréales, 2 gels et 2 tucs (le salé passe bien mieux au bout d'un moment). Niveau moral, je pense davantage au reste du parcours qui m'attend et du coup cela va un peu mieux. J'appréhende un peu la longue et grosse montée, mais finalement elle passera bien, comme au premier tour, sans mettre le dernier pignon. Je me fais de plus en plus doubler dans les descentes et certains draftent (s'abritent derrière d'autres) et cela m'énerve. Dernière descente vers Klagenfurt et je tente de demander l'heure, mais les gens ne me répondent pas... Une femme, que je double, finit par me dire qu'il est un peu plus de 14h30, je me dis donc que j'ai dû mettre moins de 6h et je pense avoir fait 5h50 (j'ai mis 5h59 en fait). Je suis content de ne pas m'être fait doublé par les premiers, par rapport à Francfort, lors de la première boucle, mais je n'ai doublé aucun VMT sur le parcours vélo. Je me dis donc qu'ils ont dû bien roulé et que je n'ai pas fait un si bon vélo que prévu.

Seconde transition, je remets mon vélo à sa place (enfin un peu à côté car ma place est prise) et me dirige vers les urinoirs qui sont libres car j'en ai envie depuis le début du vélo! Je récupère ensuite mon sac course à pied et me change dans la tente. Tout va bien, je repars assez rapidement vers le parcours course à pied.

Le parcours course à pied, de 42,2km, est composé de 2 kilomètres afin de rejoindre la partie près de la finishline et de 2 grandes boucles de 20km, en passant en tout 5 fois près de la finishline (sorte de Cool. Je commence à courir et les sensations sont plutôt bonnes, même si je suis très frustré de ne pas avoir ma montre pour savoir à quelle allure je cours. Les premiers kilomètres se passent bien et j'estime courir autour de 5 minutes au kilomètre (ce qui sera bien le cas). Je vois, un peu au dernier moment, la femme et les enfants d'Yves qui m'encouragent et qui ont fait une pancarte avec mon prénom, cela fait super plaisir et cela remonte le moral! Je les reverrai 2 autres fois je crois sur le parcours, et à chaque fois, cela fera un bien fou d'être encouragé personnellement. Je croise la 1ère femme qui est en train de se faire rattraper par la 2ème qui est juste derrière alors qu'il doit encore leur rester une petite quinzaine de kilomètres a priori. Les premières douleurs aux cuisses apparaissent au kilomètre 5 environ, lorsque je croise Hervé (je calcule, grâce aux panneaux qui indiquent chaque kilomètre, qu'il doit être environ 15 minutes avant moi). On ne se croise pas sur la totalité du parcours et je ne verrai pas les autres VMT sur cette partie qui s'enfonce dans la périphérie de la ville et proche du lac. Les kilomètres sont longs et je me dis qu'il reste encore tellement à faire et j'ai déjà mal aux jambes. Je décompte à chaque panneau kilométrique et me remonte le moral comme je peux. Au kilomètre 7, on revient enfin vers Klagenfurt et je finis par apercevoir un VMT devant moi vers le kilomètre 10, c'est Laurent que je doublerai avant le kilomètre 11. Je lui demande l'heure et il me dit qu'il doit être autour de 15h30, ce qui confirme que je suis à peu près sur mon tableau de marche. Nouveau passage près de la finishline et direction le centre ville en courant le long du canal. Je tente de garder le même rythme mais les douleurs augmentent et les arrêts aux ravitaillements se font de plus en plus longs. Je m'arrêterai à tous les ravitaillements course à pied en prenant 2 éponges que j'essore chacune sur une cuisse, un verre d'eau et un verre de coca que je ne boirai jamais entièrement; comme à Francfort, je ne réussirai pas à manger sur la marathon. Cette partie le long du canal apporte son lot de petites montées et descentes, dont 2 beaucoup plus raides, où j'arrive encore à courir sur cette première boucle. Je croise à nouveau Hervé et constate qu'a priori l'écart ne s'est pas réduit et a même peut-être augmenté (c'est normal il court plus vite que moi normalement) et je croise ensuite Yves qui doit être 10 minutes avant moi a priori. On arrive enfin dans le centre-ville, où il y a beaucoup de monde dans les restaurants et cafés, pour le second demi-tour du parcours. Le retour vers la finishline devient de plus en plus dur mais le moral remonte lorsque je me rapproche du semi-marathon. Je croise Cyrille, je ne sais plus quand exactement, qui court toujours; j'ai donc vu tous les VMT et on court tous, tout va bien donc et j'espère que l'on sera tous finishers! 3ème passage près de la finishline un peu après le semi-marathon et l'heure de vérité arrive (le fameux mur sur ironman en général). Effectivement, vers le 25ème kilomètre, je commence à ralentir sérieusement sans pouvoir accélérer, je suis dans le dur. J'entends quelqu'un qui m'encourage mais n'arrive pas à voir qui c'est, je me dis que ce doit être Hervé vu où cela se trouve. Je ne verrai pas d'autres VMT sur cette partie du parcours. Chaque kilomètre semble de plus en plus long mais je m'oblige à continuer de courir et refuse de marcher, sauf aux ravitaillements. 4ème passage près de la finishline, maintenant tout se joue au moral et je me dis qu'il ne me reste que 10km, que ce sera peut-être les 10km les plus longs de ma vie en courant, mais que je serai finisher et que je dois continuer à courir quoiqu'il arrive. Je croise à nouveau Hervé , presqu'au même endroit qu'au tour précédent, un peu avant quand même, je n'ai donc pas trop perdu a priori lors des 20 derniers kilomètres. Les 2 descentes et montées bien raides sont beaucoup plus difficiles et je n'arriverai à courir que dans une descente, je fais les autres en marchant pour éviter les crampes qui peuvent apparaître lors de tout faux mouvement désormais. Dès que les montées et descentes sont passées, je recommence à courir, c'est difficile mais je le fais. J'arrive vers le centre-ville et je n'ai pas vu Yves, je ne sais donc pas où il en est mais il est bien devant moi a priori. Dernier demi-tour, il me reste environ 5km, après la dernière montée raide, alors qu'il reste un peu moins de 4km, je tente d'accélérer car j'ai toujours mon objectif en tête et je me dis que je ne dois pas en être loin. J'arrive à accélérer, enfin j'en ai l'impression mais comme je n'ai pas ma montre, je n'en suis pas sûr, sur quelques centaines de mètres, et mon rythme ralentit à nouveau vers le 39ème kilomètre. Je ne zappe pas les derniers ravitaillements car je sens que j'en ai besoin. Arrivé au 40ème kilomètre, je tente à nouveau d'accélérer mais impossible. Les autres concurrents ne semblent pas accélérer non plus, donc je me dis que s'ils ne le font pas, c'est que l'on ne doit pas être à quelques secondes près pour passer sous les 12h, je me rassure comme je peux... Derniers hectomètres et virage à gauche vers la finishline avec une première partie avec des barrières et plein de monde pour nous féliciter, nous applaudir et nous taper dans les mains (j'apprendrai après la course que la femme et les enfants d'Yves étaient là mais je ne les ai pas vu). J'en profite, je tape dans les mains et je souris (enfin je crois). Dernier virage à gauche et voilà enfin la finishline avec les gradins, la moquette ironman, les speakers qui me félicitent et disent mon prénom, je tape dans leurs mains et me dirige heureux vers le promontoire d'arrivée en voyant que tous les temps qui s'affichent sur la ligne d'arrivée sont en dessous des 12h, comme je suis parti environ après 2/3 des concurrents, selon toute probabilité, je suis aussi sous les 12h, mais je n'arriverai pas à voir mon temps, je préfère profiter du moment. Je passe la ligne en levant les bras et en criant comme rarement pour laisser exploser ma joie. C'est fait, objectif a priori atteint!

Je récupère ma médaille de finisher et fais signe aux bénévoles que tout va bien, je n'ai pas besoin de leur aide. On me propose une bière juste après l'arrivée que j'accepte avec plaisir et quel bonheur, j'arrive à la boire, doucement bien sûr, mais ça passe! Je me dirige ensuite dans la zone d'après course et je récupère une part de pizza et du melon. J'avale le tout tranquillement, cela fait du bien. Une fois cet encas terminé, je récupère mon tee-shirt de finisher et mon sac avec mes affaires et je me dirige vers les douches où je retrouve Hervé en train de se changer. Il ne connaît pas non plus son temps car sa montre s'est arrêté (plus de batterie) au 30ème kilomètre à pied. On refait la course et après s'être changé, on retourne manger quelque chose. Là on retrouve Yves, qui me dit que je suis arrivé 2 minutes avant lui et comme il a fait moins de 12h et que je suis parti a priori 5 minutes avant lui, cela signifie donc que je passe bien sous les 12h et que je dois finir juste avant lui. Laurent nous rejoint un peu plus tard et je reprends une bière et un peu de melon. Au bout d'un moment, je commence à greloter un peu et décide donc de repartir avant que Cyrille ne termine. Je monte dans le bus qui nous ramène au triparc (pas le courage de faire ce kilomètre en marchant). Je récupère mon vélo et mes sacs de transition et retourne tranquillement à pied jusqu'à l'appartement. Je n'arriverai pas à m'endormir tout de suite et ferai une nuit assez courte malgré la fatigue. Le lendemain, départ le matin direction Paris avec un arrêt le midi où l'on s'autorise 1 voire 2 hamburgers et retour à la maison après minuit.
Mon temps total est finalement de 11h46'44" avec la natation en 1h24'19", soit 2'13" au 100m, la première transition en 7'46", le vélo en 5h59'01", soit en un peu plus de 30km/h de moyenne, la seconde transition en 5'14" et la course à pied en 4h10'24", soit un peu moins de 6mn/km. Mon objectif de passer sous les 12h est donc bien atteint, je suis heureux, même si j'ai pris moins de plaisir qu'à Francfort et que c'était compliqué de tout faire aux sensations sans chrono. Hervé termine en 11h30, Yves en 11h49, Laurent en 12h24 et Cyrille en 13h14. Hervé, Yves, Cyrille et moi battons notre record sur ironman et Laurent n'est qu'à 12 minutes de son record. Que des performances magnifiques!

Voilà, l'aventure Ironman s'arrête là pour moi avec 2 Ironman au compteur, le premier en 12h45 et le second en 11h46 avec l'objectif d'être sub12 (sous les 12h) atteint!!!
En effet, l'entraînement pour un ironman demande beaucoup trop de sacrifices, de temps et d'organisation pour que je continue; cela impose beaucoup trop de contraintes sur la vie familiale (le principal) et sur le travail. J'en profite pour remercier tous ceux qui m'ont soutenu dans cette aventure, en premier lieu ma femme et mes enfants, et vous tous qui recevez cet email. MERCI! Je vais continuer le triathlon mais je vais me concentrer sur les half ironman a priori qui est un format qui me convient bien et qui ne demande pas trop d'entraînements spécifiques.

Lucas

Lucas

Messages : 83
Date d'inscription : 31/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IM Austria 2017 2 juillet

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum